jeromeruby.com
M’EAT ME - 2009
jerome-ruby-24.jpg
Devenir cannibale
La sirène a été acquise auprès de Réal Bergeron à l'Îsle-aux-Coudres. Réal Bergeron l'a réalisé en 2005, ayant repéré un tronc d'arbre sur son terrain près de Jonquière, lui évoquant la forme d'une sirène. Le bois est sculpté et peint, rehaussé de quatre coquillages : deux pour les oreilles, deux pour la poitrine.  Enfin, et pour que l'objet puisse tenir à angle, deux bras ont été rajoutés à l'aide de tonons et mortaises reprenant
les motifs d'écailles stylisés, présents sur tout le reste du corps. Le titre de l'oeuvre était  “Océane, mère d'Arielle”; une référence directe à l'univers populaire de Walt Disney.
 
M'eating (le sacrifice d'océane) : Sirène par Réal Bergeron, 2005 ; tubes fluoresent - 170 x 122 x 165 cm - 2009.
Avec le titre M'EAT ME en une manière de slogan, mon  installation, privilégiant la lumière, aborde le sujet de la rencontre avec l'oeuvre comme  une expérience visuelle et psychique pénétrante, un canibalisme du regard.

Trois sculptures faites d'assemblages, de matériaux récupérés, d'une oeuvre acquise à un autre artiste et altérée, sont traversées de tubes fluorescents, comme autant de faisceaux lumineux. Au mur, le jeu de mot  est repris sous la forme d'une enseigne au néon : “M'eat me”. La formule donne le ton à l'installation : Rencontre-moi, mange-moi, viande-moi.
Au delà d'une rencontre entre les  matériaux, les objets, les oeuvres et la lumière ; reprenant à mon compte un champ visuel aux accents de Pop art, d'art populaire, d'art tribal ou premier ; je questionne l'essence même de l'oeuvre : son originalité et sa substance inaliénable. L'oeuvre se fait point de rencontre, sujet et objet d'un cannibalisme culturel.
jerome-ruby-19.jpg
M’eat me - crayon de couleur sur papier - 96 x 63 cm - 2008.


©  Jerome Ruby 2014